Fermer
Aller au contenu principal
Retour aux actualités

11 – La Forêt en Nivernais – Charbonniers – Mise en feu

11 – La Forêt en Nivernais – Charbonniers – Mise en feu

La onzième carte postale de la série La Forêt en Nivernais met en scène un charbonnier juché sur une meule afin d’en contrôler la combustion. La principale contrainte dans la gestion d’une meule réside en effet dans la bonne conduite du feu pour éviter l’embrasement ou une cuisson trop rapide qui brûlerait trop de bois et donnerait donc peu de charbon.

D’après le Dictionnaire de la culture des arbres et de l’aménagement des forêts de Bosc et Baudrillard (1821), « un grand fourneau de charbon reste en feu cinq à six jours, plus ou moins, suivant la nature du bois, la saison, l’habileté du maître charbonnier. On gagne toujours à retarder la fin de l’opération, en ouvrant moins de conduites à l’air. Les fortes pluies la contrarient souvent ; les petites la favorisent quelquefois. » Lorsque la meule est cuite, son volume a fortement réduit et sa forme s’est aplatie.

Les vers d’Achille Millien confirment le soin et l’attention dont le charbonnier doit faire preuve pendant la combustion d’une meule : « Au centre du fourneau l’on a glissé le feu. / Il vit, se communique à l’entour ; peu à peu / L’ardeur se développe et la masse échauffée / Entre en incandescence et cuit à l’étouffée. / Mais il faut charbonnier, y veiller nuit et jour : / Un instant d’oubli peut tout perdre sans retour. »