Fermer
Aller au contenu principal
Retour aux actualités

9 – La Forêt en Nivernais – La bonne source

9 – La Forêt en Nivernais – La bonne source

La neuvième carte postale de la série « La Forêt en Nivernais » met en scène un jeune garçon se désaltérant à une source. Il est probable que l’enfant photographié soit l’un des jeunes de l’Assistance publique de la Seine placés chez Achille Millien et auxquels ce dernier est resté attaché tout au long de sa vie en leur offrant son amitié et sa protection.

Cette carte postale permet par ailleurs d’illustrer l’importance de l’eau en forêt des Bertranges, et, par extension, sur l’ensemble du plateau nivernais. La formation géologique du plateau explique en effet l’omniprésence de l’eau sur ce territoire où la nappe des calcaires se caractérise par une forte perméabilité et par une circulation rapide due au caractère karstique (fissurations) de ce niveau géologique. Les plateaux calcaires du Nivernais ont également la particularité d’être recouverts d’une couche parfois épaisse (5 à 20 mètres) d’argiles à chailles dans lesquelles les effondrements karstiques sont fréquents et créent des dépressions fermées ou dolines pouvant se remplir d’eau car rendues étanches par l’argile. Les rivières, les sources et résurgences mais également les mares, les mardelles et les étangs, façonnés par l’homme pour alimenter les roues des moulins et des forges, sont ainsi très nombreux sur le plateau nivernais.

Enfin, Achille Millien agrémente la carte postale « Printemps XIV – La bonne source » de quelques vers sur la résurgence à laquelle se désaltère le jeune homme : « Au creux du ravin d’où fuyait le lièvre, / A ton flot limpide, ô source du bois, / J’ai, combien de fois ! humecté mes doigts, / Rafraîchi mon front et trempé ma lèvre ! / J’ai rêvé souvent sous l’arbuste en fleur, / - Rose ou chèvrefeuille, - abri protecteur / Où se plait ton onde au sortir de terre, / Ton onde propice et qui désaltère / Oiseau, bûcheron, chevreuil et chasseur. »