Fermer
Aller au contenu principal
Retour aux actualités

Abécédaire des grandes chênaies de France – Chœurs-Bommiers, des princes de Condé à l’ONF

Abécédaire des grandes chênaies de France – Chœurs-Bommiers, des princes de Condé à l’ONF

 

Paru en octobre 2018, le livre Le Chêne en majesté, de la forêt au vin met en lumière le concept de terroir forestier : un sol et une exposition, une pluviométrie particulière, un ensoleillement spécifique, auxquels il faut ajouter un type d’essences, une densité de plantation et un âge moyen, qui vont influencer le grain et la qualité du bois. La valeur d’une haute futaie de chênes dépend donc de son terroir et de la manière dont elle a été « conduite », dirait un vigneron, ou « gérée », dit l’expert forestier.

Le livre, richement illustré de photographies, dresse notamment, à travers un abécédaire forestier offrant aux lecteurs de nombreux détails géographiques, mésoclimatiques, géologiques et historiques, la liste de vingt-six chênaies parmi les plus belles de France, à l’image de la forêt de Chœurs-Bommiers.

 

Répartie en trois massifs distincts, entre l’Indre et le Cher, cette forêt de 5 100 hectares est située sur un socle géologique assez hétérogène de sable, d’argile et de calcaire. Le chêne y est dominant à 90 %, avec 80 % de sessiles et 20 % de pédonculés. Ceux-ci se sont implantés sur les sols calcaires et dans les parties les plus humides, le long du Liennais, une petite rivière qui se jette dans le Cher. « C’est une espèce en sursis si le réchauffement climatique se poursuit », note Franck Jarry, le responsable de l’unité territoriale Sud Berry de l’ONF. « Nous avons créé une réserve biologique intégrale de 40 hectares où nous ne faisons aucune intervention pour surveiller toutes ces évolutions. »

Chœurs (prononcer « cheur ») est une ancienne forêt royale qui dépendait de la maîtrise des eaux et forêts d’Issoudun jusqu’à la Révolution, alors que Bommiers appartenait aux Condé, comme Châteauroux ; ces deux forêts alimentaient en charbon de bois les forges aux alentours. Aujourd’hui, cette chênaie domaniale de type atlantique située entre 150 et 185 mètres d’altitude et qui reçoit environ 700 millimètres d’eau par an fournit menuisiers, ébénistes et tonneliers. Signalons enfin que cet ensemble forestier situé à l’est de Châteauroux est apprécié des chasseurs, des promeneurs, mais aussi des pêcheurs, qui se retrouvaient autrefois autour de l’étang des Trois Biches pour pêcher la carpe, de nuit.

 

Retrouvez l’intégralité de l’abécédaire des grandes chênaies de France, et bien plus encore, dans Le chêne en majesté, de la forêt au vin de Sylvain Charlois et Thierry Dussard.