Fermer
Aller au contenu principal
Retour aux actualités

Carte de la forêt de Bellefaye (1789)

Carte de la forêt de Bellefaye (1789)

La forêt de Bellefaye dépendait autrefois de la châtellenie de Châteauneuf-Val-de-Bargis sous la suzeraineté des ducs de Nevers depuis le XVIe siècle. Cette forêt, située sur le territoire de la commune de Sainte-Colombe-des-Bois, fait aujourd’hui partie de la forêt domaniale de Bellary au même titre que la Vieille forêt de Champdoux et la forêt de la Brosse Pelée. La Petite forêt de Champdoux et celle du Champ Cloutier appartiennent quant à elles à des propriétaires privés.

L’Atlas indique que la forêt de Bellefaye provient « du cantonnement fait avec les Usagers de Donzy, Sainte-Colombe et Sully [et] contient 400 arpents […] exploité de 1782 à 1787. Ce bois est destiné aux forges de Donzy, Chandoux et Bailly, il doit être aménagé avec les bois qui proviendront du Cantonnement à faire des Usages de Châteauneuf au val de Bargis auxquels il touche. Lorsque ce Cantonnement sera opéré on divisera le tout en 18 coupes comme le surplus des bois de Donzy. » Le cantonnement forestier est une procédure par laquelle un propriétaire, le Duc de Nevers en l’occurrence, abandonne définitivement une portion de forêt à un usager pour remplacer, par une propriété limitée, un droit d'usage général. En contrepartie, le propriétaire retrouve la pleine jouissance de la portion de forêt libérée de ses usagers.

La non-exploitation de la forêt de Bellefaye au moment de la rédaction de l’Atlas est confirmée par l’absence de numéros de coupes sur la carte. Numéros de coupes et contenances qui sont en revanche portés pour la Vieille forêt de Champdoux, la forêt de la Brosse Pelée, la Petite forêt de Champdoux et celle du Champ Cloutier car rattachées à la révolution de 18 coupes de la châtellenie de Donzy.

Enfin, entre 1920 et 1939, l’Etat a mené une importante politique de développement et de constitution de forêts domaniales. C’est dans ce contexte que l’Administration des Eaux et Forêts a acquis plus de 1400 hectares de forêts (probablement auprès des descendants de Claude-Xavier Carvillon des Tillères) pour agrandir le massif de Bellary dont la forêt de Bellefaye (parcelles 10-15-19-20-21 et une partie des parcelles 9-13-14-17-18) ainsi que la forêt de la Brosse-Pelée et la Vieille forêt de Champdoux (parcelles 39-40-41-42)