Fermer
Aller au contenu principal
Retour aux actualités

La Forêt en Nivernais – Sabotier

La Forêt en Nivernais – Sabotier

La septième carte postale de la série « La Forêt en Nivernais » met en scène un artisan occupé à façonner un sabot sur un billot. À l’époque où Raoul Saulnier d’Anchald a pris ce cliché, les sabotiers, à l’instar des bûcherons et des charbonniers, vivaient dans des loges bâties au plus près des coupes.

Après avoir écorcé et dégrossi les billes de bois, le sabotier découpait précisément l’extérieur du sabot à l’aide d’un paroir puis creusait l'intérieur du sabot. Cette dernière opération se faisait grâce aux tarières, cuillers et gouges tandis que les finitions étaient réalisées à l'aide des boutoirs afin que l'intérieur du sabot soit bien lisse et ne blesse pas le pied.

Le sabotier utilisait principalement les essences de bouleau, de pin ou de sapin, de hêtre et d'aulne. En forêt des Bertranges, et comme semble l’attester la photographie d’Anchald sur laquelle on distingue des billes à l’écorce particulièrement lisse, le sabotier privilégiait le hêtre.

Achille Millien agrémente la carte postale « Printemps X – Sabotier » de quelques vers relatifs à cette chaussure faite d’une seule pièce de bois évidée : « Prends en main la hache et travaille / Dans le billot de hêtre, taille / Le sabot – certes moins léger / Que la bottine ou l’espadrille, / Rustique chaussure où loger / Le pied lourdaud du vieux berger, / Le pied fin de la jeune fille. »