Fermer
Aller au contenu principal
Retour aux actualités

Quel est le premier vignoble à avoir obtenu une AOC en France ?

Quel est le premier vignoble à avoir obtenu une AOC en France ?

C’est historiquement pour lutter contre la fraude que s’est construit progressivement, dès le début du XXè siècle (loi de 1905), le concept d’Appellation d’Origine. Un décret-loi du 30 juillet 1935 relatif à la défense du marché du vin crée alors l’Appellation d’Origine Contrôlée, applicable aux vins et aux eaux-de-vie ainsi que l’organisme chargé de son contrôle, le Comité National des Appellations d’origine des vins et des eaux-de-vie. Ce Comité deviendra en 1947 l’Institut National des Appellations d’Origine des vins et eaux-de-vie ou INAO.

Suite au décret-loi de 1935, ce sont les vignobles de l’appellation Arbois, dans le Jura, qui ont été les premiers à obtenir la classification AOC en France le 15 mai 1936. Sont classés également à cette occasion : Châteauneuf-du-Pape, Tavel, Cassis et Monbazillac.

La création de la classification Appellation d’Origine Contrôlée est largement portée par le baron Leroy, vigneron à Châteauneuf-du-Pape et son ami Joseph Capus, député de Gironde. À Arbois la candidature est menée par Joseph Girard, qui obtient la première classification.

Pour le cas de l’Arbois, afin d’obtenir le label, le cahier des charges définit les cépages utilisés à cette époque : Chardonnay et Savagnin pour les blancs, Ploussard, Trousseau et Pinot noir pour les rouges. Il délimite également un territoire composé de 12 villages comportant des parcelles spécifiques.

A la suite de cela, beaucoup d’autres vignobles français ont obtenu une classification AOC. On dénombre aujourd’hui 361 AOC pour les vins et eaux-de-vie en France.

C’est historiquement pour lutter contre la fraude que s’est construit progressivement, dès le début du XXè siècle (loi de 1905), le concept d’Appellation d’Origine. Un décret-loi du 30 juillet 1935 relatif à la défense du marché du vin crée alors l’Appellation d’Origine Contrôlée, applicable aux vins et aux eaux-de-vie ainsi que l’organisme chargé de son contrôle, le Comité National des Appellations d’origine des vins et des eaux-de-vie. Ce Comité deviendra en 1947 l’Institut National des Appellations d’Origine des vins et eaux-de-vie ou INAO.

Suite au décret-loi de 1935, ce sont les vignobles de l’appellation Arbois, dans le Jura, qui ont été les premiers à obtenir la classification AOC en France le 15 mai 1936. Sont classés également à cette occasion : Châteauneuf-du-Pape, Tavel, Cassis et Monbazillac.

La création de la classification Appellation d’Origine Contrôlée est largement portée par le baron Leroy, vigneron à Châteauneuf-du-Pape et son ami Joseph Capus, député de Gironde. À Arbois la candidature est menée par Joseph Girard, qui obtient la première classification.

Pour le cas de l’Arbois, afin d’obtenir le label, le cahier des charges définit les cépages utilisés à cette époque : Chardonnay et Savagnin pour les blancs, Ploussard, Trousseau et Pinot noir pour les rouges. Il délimite également un territoire composé de 12 villages comportant des parcelles spécifiques.

A la suite de cela, beaucoup d’autres vignobles français ont obtenu une classification AOC. On dénombre aujourd’hui 361 AOC pour les vins et eaux-de-vie en France.

Sites sources : « www.inao.gouv.fr » et « www.jaimemonpatrimoine.fr »