Fermer
Skip to main content
Back to news

Le poète et le photographe de Beaumont-la-Ferrière

Le poète et le photographe de Beaumont-la-Ferrière

Inauguré à l’occasion de l’édition 2017 de la vente d’automne de Nevers de l’ONF, la première exposition du Groupe Charlois dans l’espace La Grange présente une exceptionnelle collection de tirages argentiques d’époque du vicomte Raoul d’Anchald et la collection complète des 60 cartes postales anciennes de la série La Forêt en Nivernais.


La collection de cartes postales est le fruit de la collaboration entre le poète folkloriste, Achille Millien, et le photographe, Raoul d’Anchald, tous deux originaires de Beaumont-la-Ferrière, commune située en Forêt des Bertranges à proximité de Murlin, berceau historique de la maison Charlois. Les cartes postales, dont la grande majorité a été imprimée à partir de clichés pris par Raoul d’Anchald, sont agrémentées de poèmes d’Achille Millien qui consacre la plupart de ses vers aux activités des travailleurs de la forêt. À propos des fendeurs, le poète écrit par exemple : « Le bois sous le contre éclate. / Voici pour nos toits la latte, / Pour nos ceps les échalas / Et le merrain pour la Tonne / Dont le vin doux, à l’automne, / Rend la verve aux esprits las. »


Le projet du poète et du photographe de Beaumont-la-Ferrière constitue aujourd’hui un témoignage essentiel sur les activités en Forêt des Bertranges au tournant du 20e siècle, à l’époque où l’arrière-grand-père de Sylvain Charlois, Antoine Charlois, fendait du merrain dans les Bertranges avec ses deux fils aînés Jean-Etienne et Léonard. Sur l’une des photographies, dont la mise en scène est identique à la carte postale « Printemps VII » intitulée « La loge des fendeurs », on distingue nettement les piles de merrains à côté des fendeurs regroupés devant leur loge. Cette exceptionnelle collection permet ainsi de (re)découvrir les savoir-faire des ouvriers des bois, notamment ceux des charbonniers pour le dressage et la combustion des meules, et les conditions de vie des hommes qui cohabitaient dans des loges pouvant accueillir de 2 à 8 individus.